La consommation d'alcool est soumise à une réglementation notamment en fonction des lieux et de l'âge des consommateurs. En cas de dépendance à l'alcool, il est possible de trouver de l'aide auprès de son médecin traitant ou de structures spécialisées.

Consommation d'alcool

La consommation d'alcool fait l'objet d'une réglementation liée à la nature de la boisson, aux lieux où elle est consommée ou à l'âge du consommateur.

Restrictions relatives aux lieux

L'ivresse dans un lieu public est interdite. Les forces de l'ordre sont autorisées à placer une personne en état d'ivresse en chambre de dégrisement le temps nécessaire pour que les effets de l'alcool se dissipent (6 heures en général, mais cette durée est laissée à l'appréciation des policiers).

Ensuite, la personne est auditionnée puis convoquée par le juge de proximité, qui décide de la sanction. La peine encourue correspond à une contravention de 2e classe qui peut atteindre 150 € .

En cas d'hospitalisation (pour cause de coma éthylique, par exemple), la convocation et l'audition auront lieu ultérieurement.

À noter : le fait de conduire en ayant bu de l'alcool est sanctionné en fonction du taux d'alcool même si le conducteur n'est pas en état d'ivresse.

Par ailleurs, la vente et la distribution d'alcool sont interdites dans les stades, salles d'éducation physique, gymnases (sauf dérogation ponctuelle ) ainsi que dans les zones protégées, délimitées par le préfet (à proximité d'établissements de santé, écoles, établissements pénitentiaires, casernes...)

Restrictions relatives aux mineurs

Avant 16 ans, un jeune peut entrer dans un débit de boissons uniquement s'il est accompagné d'un responsable : père, mère, tuteur, ...

Si l'établissement enfreint cette règle, son responsable encourt une amende de 750 € .

Avant 18 ans, un jeune ne peut ni acheter ni se voir offrir une boisson alcoolisée. L'interdiction vaut pour tous les débits de boissons, commerces, supermarchés, lieux publics, ...

La distribution d'alcool à volonté, effectuée dans un but commercial ou en échange d'une somme forfaitaire (droit d'entrée dans une fête par exemple), est interdite.

Le fait de faire boire un mineur jusqu'à l'ivresse est susceptible de sanctions pénales. Les peines encourues sont :

  • 7 500 € d'amende,

  • le retrait de l'autorité parentale,

  • le suivi d'un stage de responsabilité parentale.

Accès aux soins

En cas de dépendance à l'alcool, il est possible de se faire aider par son médecin traitant ou en s'adressant à une structure spécialisée.

Il est aussi possible, si l'on souhaite rester anonyme, d'utiliser le numéro d'Écoute alcool.

complement

Classification des boissons alcoolisées - 06 novembre 2013

Groupe

Boissons concernées

1

Boissons dites sans alcool (contenant au plus 1,2° d'alcool pur)

2

Boissons fermentées non distillées : bières, cidres, vins, crèmes de cassis et vins doux (dont muscats)

3

  • Vins de liqueur (dont porto)

  • Apéritifs à base de vin

  • Liqueurs de fraise, framboise, cassis ou cerise contenant au plus 18° d'alcool pur

4

Rhum et alcools provenant de la distillation des fruits (dont eaux-de-vie)

5

Autres alcools autorisés (dont gin, whisky et vodka)

Interdit à la vente

  • Apéritifs à base de vin titrant plus de 18° d'alcool pur

  • Spiritueux anisés titrant plus de 45° d'alcool pur

  • Bitters, amers et gentianes titrant plus de 30° d'alcool pur

  • Absinthe et liqueurs similaires

sadresser

Où s'adresser ?

Écoute alcool

- Pour se faire aider de manière anonyme

Aide et soutien, informations sur les effets, les risques, la loi et les lieux d'accueil

Par téléphone

0 980 980 930 (coût d'un appel local depuis un poste fixe)

De 8h à 2h (ouvert 7 jours/7)


Médecin

- Pour se faire aider

Consultations jeunes consommateurs

- Pour trouver une structure d'information et/ou d'aide

references

Références

questions-reponses

Questions - Réponses

sites-internet-publics

Sites internet publics

  • - www.drogues.gouv.fr

    - [Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT)]
Mis à jour le 15 mai 2013 par direction de l'information légale et administrative (premier ministre) Informations fournies sans garantie d'exactitude par le portail service-public.fr